Langkawi
La vue depuis un point

C’est Anne Beauvillard qui, dans le quatrième webinaire sur la maturité coopérative, a glissé cette phrase : « N’oublions pas qu’un point de vue, c’est une vue depuis un point ».

Pourquoi ce sujet aujourd’hui ? Parce qu’il me semble être le fondement de nombreuses incompréhensions et la source de tout aussi nombreuses connaissances.

Microscope de Radiguet & fils opticiens, Paris

Prenons une conversation banale entre vous et une autre personne. Posons-nous la question : « dans cet échange, suis-je là pour écouter le point de vue de l’autre ou bien pour donner le mien ? ». Quelle est cette force irrépressible qui me pousse jusqu’à interrompre l’autre en pensant que j’ai compris ce qu’il avait à me dire, pour donner à mon tour mon interprétation des choses ? Et j’aurais pu ici remplacer le verbe « donner » par « vouloir imposer ». De plus, sans même interrompre l’autre, mon propre esprit est déjà en train d’évaluer ce qui est exprimé pour apporter une réponse. 

Qui a déjà vécu cette situation ?

La fragilité de LA vérité

Une hypothèse que je propose : j’agis comme ça car je cherche à consolider et à me rassurer sur ce que je sais du monde. Car sans une confiance quasi aveugle dans ma connaissance du monde, comment m’orienter ? Mes décisions et mon comportement, chaque jour, dépendent d’elle. D’ailleurs, comment l’actualiser, cette connaissance, sans m’apercevoir que ce je que considère comme vérité n’est qu’une vérité partielle et temporaire. Et que cette vérité partielle et temporaire est vouée ou bien à se confirmer, ou bien à s’évanouir, ou bien à se modifier, sans jamais connaître le repos. C’est-à-dire que chaque vérité tenue pour telle ne vaut que pour soi, dans des circonstances données, et jamais plus de la même façon.

Mais le sujet de LA vérité n’est pas ce qui nous préoccupe ici. Revenons donc au point de vue.

Le point de vue illustré 

C’est en me promenant hier que j’ai trouvé de quoi illustrer cette histoire de points de vue et de vue depuis un point. J’espère que cela sera parlant pour vous tout comme cela m’a frappée en le trouvant.

Alors voici l’objet de la discussion : un bouquet de feuilles.

Pouvez-vous décrire LA couleur de la feuille devant vous ?

Étonnant, certains diront vert/ orangé, d’autres rouge, et d’autres pourpre. Ah mais oui, c’est parce que nous ne parlons pas de la même feuille.

Et pourtant si. 

La voici, cette feuille unique, tantôt verte/orangée, tantôt pourpre. En même temps verte/orangée et pourpre, selon que l’on se place face ou dos au soleil. Tantôt pourpre veinée de vert si on regarde le dessous (le dessous depuis quel point de vue d’ailleurs ?). Alors parfois elle a une forme lancéolée, une vue depuis la tranche si l’on veut.

Tout ça pour dire que ce n’est qu’une question de point de vue. Et qu’un point de vue n’est qu’une vue depuis un point.

Qu’est-ce que ça vous inspire?